Ituri: Suite à la promesse du DG intérimaire de la Sokimo ,les travailleurs décident de ne pas couper le courant électrique tel que promis

Les agents et cadres de la Société minière de Kilo-Moto revoient leur décision, celle de coupure généralisée du courant électrique de Budana à partir de ce mardi 20 août dans un communiqué daté du 15 août dernier. Décision ressortie d’une rencontre avec le maire de la ville de Bunia et le commissaire provincial de la police chargé des opérations et renseignements assumant l’intérim de son titulaire sur instruction du gouverneur de province . L’objectif de cette réunion était de s’imprégner de la crise que traverse cette société ainsi que trouver des solutions palliatives pour empêcher que la ville ne tombe pas dans le noir.

En effet, après un échange houleux entre eux, la délégation syndicale à accepter de ne pas couper le courant électrique, ceci après un engagement pris par le directeur général intérimaire de la Sokimo, au cours d’un échange téléphonique avec l’autorité urbaine séance tenante. Le responsable la Sokimo s’engage à payer ces agents en deux tranches, notamment à la fin du mois en cours et puis vers le 15 septembre prochain pour faciliter la rentrée scolaire de leurs enfants.

Cette promesse semble n’est pas convaincre ces délégués syndicaux qui veulent rencontrer d’abord rencontrer “la masse laborieuse” pour la restitution.

Il s’agit là d’une promesse verbale,nous ne disons pas fallacieuse ou fantaisiste. Nous allons communiquer avec notre base pour essayer de jauger sa température. Comme il y a eu dialogue, il n’y aura pas coupure mais nous poursuivons avec nos manifestations “, à ainsi fait savoir à lavoixdelituri.net Lokana Jean René,coordonnateur syndical Sokimo groupe kilo.

Le maire de la ville qui a présidé cette rencontre appelle de son côté ces travailleurs à faire confiance à la promesse faite par leur chef.

“Nous espérons qu’il va agir tel qu’il a promis, la situation sera décantée. Nous le prenons aux mots entant que responsable”, rassure Ferdinand Fimbo Lebilye.

Rappelons que les agents et cadres de la Sokimo multiplient des pressions sur les autorités pour la relance de cette société étatique. Ils ont déjà adressé plusieurs correspondances aux autorités parmi lesquelles le président de la République, dans lesquelles ils ont dénoncé la signature des ” contrats léonins” qui ne leur facilitent pas de vivre de cette société. Ils affirment qu’au stade actuel, ils accusent 86 mois d’impayement de leur salaire.

Placide Ucircan

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook